Fantasy, myth, legend, truth – all are intertwined in the story that is Scotland.

Processed with VSCO with hb2 preset

Salut tout le monde !

Y’a pas longtemps, je me suis envolé de Londres Stansted jusqu’à Édimbourg, en Écosse. J’y ai retrouvé ma copine et ancienne coloc (aaaah, Dublin…) Laura ! Elle a eu la gentillesse de m’accueillir chez elle quelques jours, si ça c’est pas beau. J’ai entendu un accent bien différent de celui dont j’ai l’habitude, où les gens roulent les ‘r’, prononcent les « ch » comme des « r« , et disent « aye » au lieu de « yes » (décidément, j’arriverai jamais à m’y faire à ça je crois). Mais aussi j’ai pu constater que les Écossais sont (avec les Irlandais) les personnes les plus gentilles et accueillantes au monde ! En plus, pas un seul coup de klaxon dans les rues, ça change carrément de Londres, ou même la France. Bref, si jamais l’Écosse vous tente mais que vous avez un peu peur ; n’hésitez pas, vous serez bien vite mis à l’aise. En tout cas, moi j’ai adoré.

  • Mardi, 16h30

Départ en avion, avec Ryanair. Le vol a duré 1h30, quasiment rien donc. Le temps de sortir de l’aéroport d’Édimbourg, de prendre un bus pour le centre-ville, j’arrive à Edinburgh Waverley Station vers 18h20. Bien entendu il fait nuit, mais la ville a quelque chose magique, avec toutes ses lumières qui se reflètent sur les façades des bâtiments. Je sens déjà que je vais l’aimer. Laura m’attend devant un magasin, et même si j’ai mon sac à dos assez lourd sur les épaules et une valise à traîner, on décide d’aller voir le château d’Édimbourg de nuit, car les lumières lui donnent un côté un peu mystérieux. Et moi, j’aime les vieilles ruines avec un côté mystérieux. Après, on reste dans le quartier de la vieille ville et on se pose dans un pub, The Last Drop, pour manger. Au menu, saucisses de haggis et purée. Puisqu’on est en Écosse, autant que je teste le haggis -la panse de brebis farcie-, le plat national. Mais bon, pas folle la bête, j’ai pas osé prendre le vrai plat, par peur de ne pas aimer. En tout cas c’était plutôt bon. On dirait un peu du hachis parmentier, en un peu plus fort (c’était June critique gastronomique pour vous). Puis bien sûr aucun repas ne serait complet sans une pinte, alors on fait descendre tout ça avec du cidre. Une fois que tout ça est fini, j’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai la peau du ventre bien tendue, on prend le train pour Perth, là où habite Laura et on va se coucher, parce que j’ai bien mérité de dormir.

  • Mercredi

img_4098Direction Stirling, parce que Laura a un entretien d’embauche. En plus, il y a un château sympa à visiter (en même temps, en Écosse c’est un peu un passage obligé, les châteaux) où l’intérieur est reconstitué comme à l’époque (infos sur château de Stirling). Le truc cool : on peut toucher les meubles, parce qu’ils sont neufs (oui ben quoi, je suis un peu comme une gosse moi, j’aime pas trop toucher avec les yeux). Dans le château, il y a aussi le musée de l’armée écossaise, les Argyll and Sutherland Highlanders. Si les musées militaires vous intéressent, n’hésitez pas. On y apprend beaucoup de choses, et ils ont beaucoup d’objets, de registres, de lettres, d’armes, de costumes appartenant aux militaires à travers les époques (un musée quoi). Eh oui, même en vacances, June se cultive. Mais, comme on ne change pas une équipe qui gagne, après toute ces découvertes, direction le plus vieux pub de Stirling, pour une pinte de Guinness (depuis que j’ai vécu à Dublin, c’est un peu une habitude). L’intérieur est tout de suite accueillant ; un feu de bois est allumé au milieu de la pièce et il n’y a presque personne. J’aime bien quand il n’y a pas beaucoup de monde. En plus, derrière moi se trouvait une étagère remplie de vieux livres. J’en feuillette un sur Cézanne, et là le propriétaire me dit de le prendre… Décidément, je commence sacrément à les aimer ces écossais !

  • Jeudi

Journée tranquille (« chill », comme disent ces jeunes) à Perth, la ville de Laura, qui est assez petite mais très mignonne (ces deux adjectifs correspondent à la fois à Laura et Perth, bizarrement…). Première étape ; randonnée sur Kinnoul Hill. Heureusement que j’ai recommencé le sport en janvier (#JuneGetFit2k17), parce que sinon j’aurais moins rigolé : ça monte fort ces trucs quand même. Mais la vue en vaut vraiment le coup, et j’ai pu voir le paysage de bien haut. Avec la rivière Thay et la verdure, c’est tellement beau. En plus le soleil était au rendez-vous, ce qui n’en a rendu la rando que meilleure. Ensuite, on redescend et on visite le musée. Comme je l’ai déjà dit dans un article précédent, j’adore les musées. Celui-là est petit, mais on en apprend un peu plus sur l’histoire de Perth et de l’Écosse, en plus il y a même des animaux empaillés pour un petit cours d’histoire naturelle. Puis, comme on n’est pas que des alcooliques, on décide de ne pas aller au pub mais de se rendre dans un salon de thé vintage, trop mignon et où les scones sont délicieux (à déguster avec de la clotted cream -crème au lait caillé- et de la confiture de fraise), avec un bon thé cranberry / orange sanguine. Tout à l’intérieur est rétro et accueillant, on se croirait dans un roman de Jane Austen ou un épisode de Downton Abbey (oui je sais c’est cliché), bref on en sort heureuses et le ventre plein. Oui j’aime bien manger, aussi. Après, on se promène dans la rue principale et on fait quelques magasins avant leur fermeture, pour enfin rentrer chez Laura. Sa colocataire a décidé de cuisiner mexicain pour le soir, alors on s’attable le soir devant des fajitas en buvant du rosé espagnol (oubliez ce que j’ai dit plus haut sur l’alcool en fait), et on passe la soirée à discuter. J’apprend que mink est un mot écossais pour désigner quelqu’un de sale, qu’ils ne disent pas « little » mais « wee », et qu’à Perth, il y a de grosses tensions entre les protestants et catholiques, en tout cas pour les plus vieilles générations, et que l’on peut savoir la confession de quelqu’un rien qu’en lui demandant à quelle école il est allé. Un truc de fou, mais c’est toujours intéressant d’en savoir plus sur la culture écossaise.

  • Vendredi

Journée complète à Édimbourg. On se réveille tant bien que mal (le rosé ça pardonne pas), et on prend le train. Au programme visite de la New Town (les quarties plus récents donc), on fait les magasins et on se promène dans les petites rues. Puis, on va à la Scottish National Gallery (oui, encore un musée), où l’on peut admirer des oeuvres de peintres flamands mais aussi une salle sur l’impressionnisme, Cézanne te revoilà, Van Gogh et Monet (ben quoi, j’adore la peinture)… j’aurais pu y rester pendant des heures, mais il nous reste encore d’autres choses à faire. En autre : aller dans un petit café connu car JK Rowling y avait écrit quelques chapitre de Harry Potter. Ça peut paraître bête, mais pour une grosse fan de la saga comme moi, c’est toujours cool de voir des endroits comme ça. Il y en beaucoup à Édimbourg, pour ceux qui sont intéressés. Ensuite, petit passage par Victoria Street (encore un endroit qui a inspiré Harry Potter), puis retour au château, pour encore l’admirer alors qu’il fait nuit. Après tout ça, retour en train à Perth, et ainsi se termine ma dernière journée en Écosse, car samedi c’est déjà le moment de repartir…

Et voilà un compte-rendu de mon petit voyage en Écosse. Les paysages étaient magnifiques et j’aimerais déjà y retourner… En espérant que cet article vous a plu et vous a donner envie de visiter cet endroit magique !

June x

Publicités

A bad day in London is still better than a good day anywhere else.

73295-640x360-london-skyline-ns.jpg

Salut tout le monde !

Comme je l’ai déjà expliqué dans l’article précédent, je vis actuellement à Londres. C’est une ville que j’adore depuis des années et dont je ne me lasserais jamais. Il y a tellement de choses à faire et à découvrir, c’est un peu comme Noël tous les jours (ou votre anniversaire, pour ceux qui ne fêtent pas Noël). On va dire que Londres et moi, c’est un peu une histoire d’amour depuis que j’ai commencé à apprendre l’anglais. La première fois que j’y suis allée (à 18 ans), je suis partie toute seule pendant 9 jours. À la base, j’avais comme idée de me trouver un petit boulot pour l’été. Bon, j’ai pas trouvé de travail, mais je crois que ces 9 jours font partie des meilleurs de ma vie (pour l’instant) ; ça respirait la liberté, l’inconnu, bref que du positif.

Les étés suivants, j’ai décidé de faire fille au pair en Angleterre, et par chance je n’étais jamais loin de la ville de mon coeur. Pendant deux étés, j’étais à Londres presque tous les week-ends.

Maintenant c’est encore mieux, puisque je suis à 20 minutes en train de la gare de Euston, 40 minutes en Overground (le métro en surface), et donc je peux m’y rendre tous les après-midis si je veux (mais je ne le fais pas parce que LE PRIX MES AMIS, LE PRIX DES TRANSPORTS EST EXORBITANT !).

Bref. Après vous avoir déballé ma vie, je me disais que c’était bien de vous faire une liste de mes endroits préférés dans la capitale anglaise. La liste est non-exhaustive bien entendu, en plus je n’ai pas encore visité tout ce que je voulais (coucou Brixton, je passe bientôt te voir). Pour ceux qui veulent découvrir Londres, qui ont besoin d’idées pour leur prochain voyage, ou tout simplement si vous voulez comparer vos avis et les miens !

  • Camden Town

img_3387De loin mon quartier préféré (demandez à mes amis, je les bassine toujours pour y aller -et ça marche). C’est clairement touristique, mais plus alternatif que le centre de Londres. À l’origine, Camden Town accueillait une population plutôt punk, gothique, rock… bref tout ce beau monde qui me fascine. On en voit toujours l’influence, même si le quartier s’est popularisé au fil des années. Les devantures de magasins sont juste géniales, il y a énormément de magasins vintages (plutôt chers en général, mais si vous cherchez bien vous pourrez trouver des perles), des marchés où on peut trouver des articles plutôt cools, de la street food à un prix abordable et venant de tous les pays, du street art…

Le bon plan : faire un tour sur Regent’s Canal (qui traverse Camden Town) en péniche, en passant par Little Venice (juste au-dessus de la gare de Paddington).

  • Notting Hill (Portobello Market)

Bon, si vous avez vu Coup de Foudre à Notting Hill, vous devez avoir une petite idée d’à quoi ressemble le quartier. Si non ; des maisons mitoyennes de toutes les couleurs (et du pastel s’il vous plait !). En plus d’être mignon comme tout, Portobello Road – là où se trouve le Portobello Market (une grosse brocante) – est une rue remplie de magasins d’antiquités. Vous pouvez y trouver tout et n’importe quoi ; ça passe des meubles jusqu’aux appareils photos anciens, ou encore des écharpes écossaises 100% laine, des vieux manteaux en fourrure, ou encore des objets de collection. Pour ceux qui, comme moi, adorent les vieux trucs pleins de poussière, ce coin est fait pour vous. Une fois j’ai même réussi à dénicher un vieux pull Ralph Lauren pour £10, pratiquement donné quoi (bon il est jaune alors pas super facile à porter, mais c’est la bonne affaire qui compte).

Le bon plan : y aller en été pendant le carnaval, qui célèbre les cultures caribéennes.

  • Waxy O’Connor, Chinatown

Clin d’oeil à ma coloc pour celui-là, car c’est le bar où on va le plus souvent. Situé en plein Chinatown (le quartier chinois, pour ceux dans le fond qui suivent pas), le Waxy O’Connor est souvent bondé, mais alors qu’est-ce que j’adore l’ambiance et le décor. De l’extérieur on a l’impression que c’est tout petit, mais en entrant dedans, on se rend compte que c’est gigantesque ! Il y a plein de salles, plusieurs étages et donc plusieurs bars. Il y a un grand arbre (ou plusieurs ?) en plein milieu, peu de lumière, la musique de fond est plutôt du style rock/alternatif, et il y a quand même un bon choix de boissons qui pourront sûrement satisfaire tout le monde. En fait, ça ressemble un peu à un immense terrier, mais accueillant.

Le bon plan : ne pas y aller au soir, mais plutôt en début ou milieu d’après-midi, pour éviter tout le monde (car croyez-moi, on en a déjà fait les frais)

  • Tate Modern, Bankside

160614_u07ga_aetd_tate_araignee_sn635J’aime les musées, j’aime l’art, j’aime l’art moderne. Voilà, je crois que tout est dit. Ce qui est génial à Londres, c’est que les musées sont pour la plupart gratuits (à part pour les expositions temporaires), on a donc un libre accès à la culture et à des oeuvres que l’on ne connait que dans les bouquins d’histoire/d’art. La Tate Modern est ma gallerie préférée, mais bien entendu si le contemporain ne vous intéresse pas, il y a largement de quoi vous satisfaire ailleurs. Pour l’histoire et les cultures du monde entier, allez faire un tour du côté du British Museum, pour des oeuvres datant d’avant le 20ème siècle, c’est à la National Gallery qu’il faut se rendre… Bref, en cherchant un peu, il y a un musée pour tout à Londres !

Le bon plan : aller au dernier étage de la Switch House et profiter de la vue de Londres, au dessus de la Tamise.

  • Alexandra Palace

Surnommé « the people’s palace » (= le palais du peuple) ou encore Ally Pally, c’est un bâtiment d’origine victorienne situé un peu plus au nord de Londres. Là bas, il y a des événements, des concerts à gogo, et aussi une superbe vue panoramique de la capitale. On peut aussi se promener dans le parc quand il fait beau, faire du skate, manger ou boire un coup au Bar & Kitchen… Alexandra Palace renferme plein de petites surprises, comme un théâtre victorien, ou encore les anciens studios de la BBC. Le mieux ? Tout est à visiter, si l’envie vous en dit.

  • Neal’s Yard, Covent Garden

1024px-neals_yard_-_west_facadeUne petite ruelle en plein Covent Garden que je trouve très mignonne. C’est coloré, il y a pleins de petites boutiques qui ont un aspect traditionnel. Ça change du reste de Londres et ça vaut le détour, ne serait-ce que pour prendre quelques photos ! Remplie de cafés écolos… bref, c’est tout petit, mais ça vaut le détour.

Le bon plan : rentrer dans la boutique Neal’s Yard Remedies, remplie de nourriture et de soins pour la peau naturels, cruelty free et faits en Grande-Bretagne.

Voilà, c’est tout pour moi ! J’aurais pu inclure tellement d’autres endroits (tout Londres est magique à mes yeux), mais j’ai réussi à me limiter à l’essentiel. J’espère que vous avez apprécié cet article et qu’il vous a donné des idées pour votre futur voyage dans la capitale de l’Angleterre !

June x

Don’t you see, I’m the narrator and this is just the prologue

14114948_1056929024384358_6880183127587291599_oBonjour/bonsoir ! (pour les oiseaux de nuit comme moi, je sais qu’il y en a)

Il fallait bien commencer quelque part, alors quoi de mieux que de se présenter en détail ? Je m’appelle June, j’ai 21 ans et je suis originaire d’Arras (62). C’est là que j’habite, quand je ne voyage pas à l’étranger, car pour l’instant j’habite juste à côté de Londres ! Je suis assistante de français en Angleterre jusque fin mai. J’ai aussi vécu plusieurs mois à Dublin (Irlande). Bref, vous le comprenez, j’adore voyager et je ne me compte pas m’arrêter.

J’ai une licence LLCE Anglais en poche, et je compte partir sur un master dans les relations internationales, la communication. C’est encore un peu flou, ça dépendra de mes résultats ! J’ai aussi fait une première année de prépa littéraire (ah l’hypokhâgne, tellement de souvenirs…), ce qui veut dire que j’ai pris l’habitude de ne plus dormir beaucoup et je sais écrire une dissertation de douze pages en une nuit (un talent qui me servira beaucoup dans les années à venir, j’en suis sûre).

À part ça, beaucoup de choses m’intéressent dans la vie ; comme je l’ai écrit un peu plus haut, les voyages, mais aussi l’art, la mode, le cinéma, les tatouages (même si je n’en ai pas encore pour l’instant, ça ne saurait tarder), les pays asiatiques… enfin bref, un joyeux bordel. J’aime bien m’étaler un peu partout. C’est ce mélange un peu éclectique que vous retrouverez sur ce blog, ce qui, je l’espère, vous plaira et vous fera passer le temps !

En espérant vous avoir donné envie de me lire !

June x